La lutte continue
contre la Loi Travail et son monde !

Depuis le 1er janvier, entre autres cadeaux empoisonnés du gouvernement Valls-Hollande, la loi El Khomri est entrée en application. Dans les mois qui viennent, les effets de cette loi rétrograde, tout au service des patrons, combattue pendant des mois par d’importantes manifestations et terriblement impopulaire, vont se faire jour pour les salariés. Lesquels ne manqueront pas de riposter contre les aspects qui les frapperont directement. Mais comme nous sommes tous, peu ou prou, impactés par cet arsenal anti-salariés, il faudra que cette année voit se préparer une riposte généralisée. C'est ce qu'on peut souhaiter de mieux pour nous tous.

La loi El Khomri entre en vigueur
La volonté du gouvernement de privilégier l'entreprise a accouché de cette loi qui marque un recul inédit dans les relations entre patrons et salariés, bien illustré par l'affirmation de Macron lorsqu'il était encore ministre de l'Economie, -et pas encore "candidat anti-système"- disant que "la vie d'un entrepreneur est plus dure que celle d'un salarié" ! Le banquier Macron est en effet très bien placé pour parler de la vie des salariés !
Licenciements facilités dès que l'entreprise connaît la moindre difficulté, accords prévoyant en théorie la sauvegarde de l'emploi contre des dérogations importantes dans le contrat de travail, durée quotidienne du travail pouvant passer de 10 à 12h et durée hebdomadaire à 46 heures, ce ne sont que quelques uns des reculs que nous pourrions subir dans les mois qui viennent. Sans parler de la moindre rémunération des heures supplémentaires (de 25 à 10%), la généralisation du travail du dimanche, le travail de nuit élargie et la fin programmée de la médecine du travail.Toutes choses permises et encouragées par la loi, qui permet surtout qu'un accord d'entreprise, là où le rapport de forces est le moins favorable aux salariés, soit moins disant que la loi !
Mais si voter une loi est une chose, l'appliquer peut en être une autre, si les salariés résistent.

Amplifier les résistances
C'est d'ailleurs ce qui se passe ces derniers jours contre notamment le travail du dimanche, cadeau aussi de Macron : dans certains magasins Carrefour comme à Quetigny ou à Euralille, des salariés ont manifesté contre l'ouverture de leur magasin tous les dimanches. A Renault également, des actions sont en cours contre le nouveau "plan de compétitivité" qui prévoit des samedis travaillés obligatoires avec un délai de prévenance de deux jours seulement, le gel des salaires, la suppression de la moitié des postes d'intérimaires, contre 3600 embauches et ...4500 départs. Lorsqu'en parallèle, on apprend que le PDG Carlos Ghosn, a touché un bonus de 6,4 millions d'euros, on comprend la colère des salariés ! Dans les hôpitaux, les bureaux de poste aussi, la colère gronde, et se manifeste régulièrement. Dans l'Education nationale, le mouvement "touche pas à ma ZEP", demandant à ce que les lycées difficiles continuent à bénéficier de moyens supplémentaires se fait connaître, prend de l'ampleur et a déjà fait un peu reculer le gouvernement.
Une bonne façon de commencer l'année 2017 nous est offerte dès le 11 janvier, à Amiens, où sera rendu le jugement pour les 8 de Goodyear. Ensemble, nous pourrons ainsi manifester notre solidarité et demander la relaxe pour nos camarades poursuivis pour avoir défendu leurs droits, et par là même montrer que nous sommes loin de baisser les bras.

10/01/2017


Intervention de David, enseignant à Colombes (92)sur la mobilisation dans l'éducation prioritaire, lors du meeting du NPA à Saint-Denis le 24/11/16